CR-MLC-18 Avril

Réunion annoncée par courriel aux 21 membres d’ART-MLC le 13 avril, rédaction CR : Loucéro
Lieu: sous-sol de la pizzeria L’Authentique, place de l’Hôtel de ville, 19h-21h15
8 Présents
 : Alice Q, Benoît L, Fara, Franck T, Gérald O, Guillaume P, Jean-Pierre L, Loucéro M
Ordre du jour : nous former entre nous à présenter le projet de monnaie locale et complémentaire aux partenaires potentiels

Partage des tâches
Partage des entreprises à contacter, organisation de la gestion du fichier de contacts, structure du fichier.
Idée de densifier le réseau de partenaires dans le quartier Croix de Pierre qui compte le plus de membres d’ART
Nouveau tirage couleur de la brochure, 30 € à récupérer lors de l’événement public

Discussion intense sur la façon de présenter le projet
Envie forte du groupe de produire un projet bien ficelé avec un nom marquant, de beaux billets, une charte de valeurs et autres spécificités techniques (fond de garantie, fonte). Nous sommes inspirés par la monnaie de Toulouse, le Sol-violette. Cependant, le projet de Toulouse a reçu 230 000 € de subventions de la mairie depuis 2011, emploie 2 personnes à plein temps et s’appuie sur une démarche globale de la ville en faveur de l’ESS. D’autre part, le Sol-violette est un projet citoyen qui permet au collectif des adhérents, aujourd’hui 1 200 personnes, constitué de consom’acteurs, de prestataires, de fondateurs, de banques et de collectivités publiques, de déterminer les orientations suivant des principes de démocratie participative. Avant le lancement de la monnaie en 2011, 18 mois ont été consacrés à la constitution du collectif et la conception du projet par celui-ci, avec une part importante dédiée à la formation en économie et en méthodes de communication. De plus, il ne permet pas à ses concepteurs d’agir autant qu’ils le souhaiteraient sur la précarité et le chômage de masse.
En effet, le Sol-violette et les 17 autres MLC en circulation en France s’achètent contre des euros, ce qui freine leur utilisation par des personnes en grande précarité. La réglementation bancaire est très stricte en France. Cependant, notre groupe peut laisser la porte ouverte à une exploration des monnaies non convertibles comme le RES et les Robins.
Essayer de faire un copier-coller du Sol-violette à Rouen serait donc contre-productif. Par ailleurs, établir la confiance des utilisateurs est essentiel dans un projet de monnaie locale : garder le projet ouvert pour permettre aux utilisateurs de se l’approprier est la clé de la réussite, selon Andrea Caro chargée de mission du Sol-violette.
Cependant, nous sommes d’accord pour inclure des banques dans notre projet, afin de pouvoir générer des prêts sociaux. Nous prendront contact avec le Crédit coopératif après l’adhésion de certains de leur clients qui font partie des prestataires que nous allons aborder en priorité.

Grandes lignes de l’argumentaire
Se concentrer sur la présentation des avantages des MLC sans oublier l’éthique transitionnelle du projet qui justifie notre implication.
Ne pas détourner l’attention sur des particularités techniques telles que la fonte (perte de valeur de la MLC de quelques % tous les 3 ou 6 mois) car cet élément ne fait pas l’unanimité auprès des spécialistes de MLC en France, qu’ils soient praticiens ou chercheurs. Nous ne pouvons pas savoir si notre monnaie sera fondante. La circulation plus rapide des MLC par rapport à l’euro est fondamentale pour expliquer l’intérêt des MLC. Cependant, inutile d’évoquer la fonte pour cela, c’est l’absence de possibilité d’épargne en MLC et la bonne gestion du réseau qui permettent une circulation rapide. En effet, une MLC fondante dans un réseau mal géré s’accumulera chez certains prestataires qui devront la reconvertir massivement en euros. De plus, la fonte implique de pouvoir acheter des vignettes pour réactualiser le billet périmé qui est sinon refusé par les prestataires de services, ce qui nécessite toute une organisation.
Attention à ne pas créer des attentes que nous ne pourrons satisfaire.
Procéder en 3 étapes : 1) info sur les MLC existantes
2) annonce de notre événement + demande de diffusion
3) discussion de leur intérêt pour la MLC et prise des coordonnées de leur clients et fournisseurs.
Décision de se réunir le 23 avril pour continuer à échanger sur la façon de présenter le projet.
Partage des tâches : Alice et Jean-Pierre vont créer le fichier ‘contacts partenaires’

Cet article, publié dans Compte-rendus-MLC, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s