2-Mobiliser

Mobiliser les habitants dans le temps autour de la monnaie locale.  Outils et retours d’expériences (cliquez ici pour télécharger le pdf)

Synthèse

  • Commencer par s’appuyer sur les réseaux existants grâce à des réunions d’information afin de constituer un comité de pilotage.
  • Élargir le groupe par le biais de temps forts et organiser des formations sur l’économie générale.
  • Construire et adapter son message en fonction des publics (partir des attentes et des préoccupations, du degré de connaissance, varier les supports, éviter les clichés, trouver le bon langage).
  • Construire la MLC sur la confiance en veillant à ce que les différentes parties prenantes soient impliquées dans la définition du projet et des règles de fonctionnement. Ne pas négliger la convivialité.
  • Préparer la communication à l’extérieur. Multiplier la participation à des évènements, les formes, les publics, les références.
  • S’appuyer sur des ambassadeurs, faciliter l’accueil des nouveaux, définir le rôle des salariés, respecter les principes démocratiques afin de maintenir une forte implication interne au cours du temps.
  • S’appuyer sur des outils crédibles, des partenaires reconnus, des politiques transverses afin d’amplifier le développement de la monnaie.

Compte rendu :

1/ Commencer par s’appuyer sur les réseaux existants grâce à des réunions d’information

Faire l’état des lieux des associations locales, initiatives et partenaires éventuels. Participer à différents évènements sur le territoire et en profiter pour rencontrer les membres actifs sur les stands ou lors des réunions. Demander à présenter le projet ou concept général au sein des conseils d’administration. Identifier des volontaires qui semblent intéressés au sein des autres associations (de l’ESS par ex.) pour rejoindre un comité de pilotage ou au moins relayer l’information. Mettre en place un comité de pilotage.

2/ Élargir par le biais de temps forts

Comme une conférence, une soirée débat, un café citoyen, un forum ouvert, un forum social économique local, un atelier dans un évènement extérieur…et organiser des temps de formation sur l’économie générale (indicateurs de richesse, création et circulation de la monnaie, les intérêts de la dette…).

Créer le débat, susciter l’envie, faire le buzz, entretenir la parole ou la rumeur, provoquer le sens. Exemples : « PIB…Qu’est-ce qu’on compte ? Qu’est-ce qui compte ? », « Faites du fric », « Pourquoi on est pauvre ? » « Atelier d’alphabétisation économique »

Faire venir des intervenants, partager des livres ou des textes sur internet, visionner des films, développer des argumentaires pour chasser les faux consensus et utiliser des outils de l’éducation populaire notamment dans l’animation et autour de l’expression artistique. Prendre du temps pour bien diffuser l’invitation en cherchant à réunir des représentants des différentes parties prenantes.

3/ Construire et adapter son message en fonction des publics

– Partir de leur centre d’intérêt, de leur préoccupation, interroger les gens sur leur motivation (ex pourquoi vous êtes venus ? Attentes ?)

– Niveau de formulation différent selon degré de connaissance et de maturité

– Varier les supports

– Attention aux clichés ou aux stéréotypes (ex les commerçants seront plus intéressés par le fait d’appartenir à un réseau éthique qui communique sur ses valeurs ou pour combattre la dévitalisation du centre-ville que sur l’augmentation de leur chiffre d’affaire qui de plus au vu des volumes reste marginal)

– Discussion autour de l’utilisation de tel ou tel vocabulaire ex « Mobiliser / Toucher ». Pour certains, le mot « mobiliser » est un mot fort et pertinent, pour d’autres il est trop militaire et peut être bloquant. Chaque « tribu » a son langage et sa sensibilité. Besoin de temps pour se faire confiance.

4/ Construction de la MLC

Le principe de base pour la création de la monnaie : la confiance. Pour créer et maintenir cette confiance il faut que les différentes parties prenantes soient impliquées dans la définition du projet et des règles de fonctionnement (gouvernance, règles de circulation…). Attention également aux risques pour le comité de pilotage de s’isoler progressivement, avec le temps qui passe, et de notamment se retrouver à projeter ses envies sans les avoir partager avec le plus grand nombre de ses membres.

Pour éviter ces écueils, l’expérience du Sol Violette sur Toulouse à chercher régulièrement à organiser des plénières réunissant une centaine de participants répartis en groupe de travail par catégories (habitants/collectivités/professionnels/financeurs/fondateurs-formateurs (rôle de médiation). Chaque groupe devant répondre aux mêmes questions, puis mise en commun. Il est indispensable de ne pas lâcher la consultation pour impliquer un maximum de personnes.

Les occasions pour se réunir peuvent être également plus festives lors de moments forts comme pour le choix du nom, la soirée de lancement : vente aux enchères du 1er billet, ou pour le dessin des billets : organiser un concours avec des jeunes et artistes locaux.

Travailler également avec les associations à vocation sociale telle qu’Emmaüs. Construire des ateliers comme « qu’est-ce qu’être pauvre aujourd’hui ? », prendre en compte les réalités et chercher à impliquer  dans le processus avec le temps des personnes en précarité. Distinguer les questions de court terme qui touchent les gens des questions de long terme qui viennent avec le temps.

5/ Communiquer vers l’extérieur

Utiliser les bulletins municipaux, la presse locale (écrite, télévision, radio). Ne pas hésiter à mâcher leur travail car très sollicités. Utiliser la plaquette comme outil de formation pédagogique (les billets également). Réfléchir  à comment s’adapter au public : en 5′, en 10′ mais aussi le type d’acteur. Travailler les questions-types ? Si la monnaie est liée à l’euro, à quoi ça sert ?

Multiplier les stands lors d’évènements, s’appuyer sur des moments clés comme la fête des mères, ou même sur des structures du tourisme. Proposer aux festivals locaux d’utiliser la monnaie pour la restauration et la buvette qu’ils vont organiser, ce qui peut être également une source de financement en tant que prestation.

Multiplier les formes : théâtre de rue, projection de film…

Multiplier les publics : auprès des commerçants, des parents d’élèves…

Multiplier les références : pour affiche, utiliser Picsou !

6/ Mobilisation interne

S’appuyer sur le parrainage et former des ambassadeurs. Leur distribuer de la monnaie complémentaire pour promouvoir et organiser des réunions spécifiques avec les ambassadeurs « l’idée originelle était d’informer davantage, et en fait on a eu des remontées intéressantes ».

Faciliter l’intégration des nouveaux en proposant des temps spécifiques (équilibre à trouver entre ne pas retarder ce qui a été commencé et ne pas les oublier).

S’appuyer sur les réseaux sociaux, y compris avec marque « identitaire » territorial ( ex : perpiweb).

Comment maintenir cette motivation ? (difficile surtout dans le temps).

Maintenir la mixité (entreprises, collectivités), maintenir un soutien permanent au projet, maintenir l’implication des têtes de réseaux, la confiance, fort enjeu des méthodes démocratiques comme le principe de la motion (proposition, motivation) et le vote par préférence.

Poser la question d’un salarié : pour les uns, importance d’un salarié qui assure la poursuite du projet et la médiation, pour les autres : s’il y a un salarié ça interroge la liberté du projet ? Témoignage de Barthelemy : salarié aux USA, rôle essentiellement administratif, le projet est porté par tous => on lui donne des tâches.

Être ouvert, importance de la posture. Par exemple comment accueillir celles et ceux qui viennent au nom d’une institution ? Il n’y a pas de mauvaises positions à avoir à priori pour les nouveaux.

7/ Amplifier le développement de la monnaie

Développer des outils de crédibilité. Avoir une monnaie qui n’est pas une monnaie de monopoly visuellement (mais les couleurs aident à la vivacité). Avoir une monnaie sécurisée.

Faire participer des banques, des gérants, montrer qu’on est accompagné par des économistes, des chercheurs. Montrer l’ampleur de ce mouvement ( chiffres : MLC en circulation dans le secteur marchand : 40 en Allemagne et 15 en France – attention à distinguer le secteur non marchand avec plus de 400 SEL en France et le secteur marchand, le chiffre de 5 000 monnaies dans le monde mélange les 2 types)

Avoir une grande transparence sur le fonctionnement. Utiliser internet : compte rendus publiés, locaux avec documents, permanences dans les commerces.

Trouver des leviers pour soutenir le développement de la monnaie (ex : augmenter le pouvoir d’achat lors de la conversion en euros vers la MLC). Croiser avec d’autres politiques (ex démocratie participative avec l’obligation pour une ville de créer de structures de proximité (Contrat État-plan loi 2002).

Des références pour bien démarrer :

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s